Dès son élection à la tête de la République, le nouveau Chef de l’Etat axe son mandat sur les signes de l’ouverture diplomatique. Imprimant ainsi l’image d’une diplomatie de la porte ouverte, la seule voie pour sortir la RDC de son enclavement diplomatique du hier. Le Président veut récupérer la place de la RDC qu’elle mérite dans le concert des nations.

Déjà par sa position géostratégique, la RDC est au cœur de la géo économie mondiale. Malheureusement son prédécesseur n’a pas su faire jouer ce rôle du premier plan au pays de Lumumba. L’ancien chef de l’Etat accusait à tort ou avec raison par l’opinion nationale ainsi qu’internationale de dictateur une gestion catastrophique à la tête du pays.

Le fils du leader maximo profite de cette alternance démocratique pour faire entendre la voix de son pays. Les balais diplomatiques ici et là traduisent l’expression d’une république devenue désormais fréquentable. A l’instar de son invitation dès son investiture par l’Angola, le Kenya, l’Angola, récemment au ONE SUMMIT, récemment au Rwanda. Un seul message que veut envoyer le nouveau chef de l’Etat « mon pays vous ouvre ses portes pour une coopération avantageuse pour tous. »

Le rendez-vous très significatif dans le prochain jour aux USA augure l’enjeu de la reconfiguration du leadership régional d’un éléphant qui sort de son sommeil. Hier le pays de l’oncle SAM avait jugé bon gré malgré, de travailler avec certains pays de la région pour cause de manque de leadership selon les règles de l’art, aujourd’hui, celui-ci veut renouveler sa relation avec son vieux partenaire  en Afrique, comme qui dirait l’intermédiaire dans une relation finit toujours par créer les frustrations.

Le nouveau pouvoir de Kinshasa a plusieurs cartouches entre ses mains dès part sa manière d’accession au pouvoir, qui par l’effet d’un aimant attire ses homologues quoi de plus normal rassuré les USA !

L’agenda cette rencontre s’annonce très cariasse dans la redéfinition du leadership, son prédécesseur aurait commis des graves erreurs politiques quant au choix de partenaires se tournant vers la Chine à lieu et place de l’Occident cette approche a fini par accélérer l’exacerbation des vrais partenaires traditionnels de la RDC. Aucun héritage substantiel légué au pays à terme de ses relations, le Président de la République a de quoi réfléchir deux fois pour éviter de succomber dans le même travers comme son prédécesseur en matière de coopération. Le slogan creux de la coopération dite gagnant – gagnant ; minerais par échanges d’infrastructure  n’a produit aucun résultat escompté conséquence après presque deux décennies, la RDC reste enclavé, aucune infrastructure de base à la hauteur de sa vocation régionale.

<< à lire aussi : Président Félix TSHISEKEDI : « Je n’ai pas renoncé à ma promesse, je vais leur donner la paix »

Ce que le nouveau pouvoir de Kinshasa devrait dire à son homologue américain, la pris à compte très sérieuse de la problématique environnementale, qui comme le brésil, la RDC joue un rôle important. Sur plan sécuritaire doit solliciter à la maison blanche un appui financier, une définition de la stratégie militaire commune pour mettre fin à la crise récurrente de  son pays. Au volet économique, une implication totale des USA dans la relance de l’économie du pays qui passe par les investissements de capitaux de l’Amérique en RDC. Du coté politique son partenaire ne doit cesser de soutenir notre jeune démocratie qui se consolide au jour le jour par un appui technique pour favoriser l’émergence d’une nouvelle classe politique.

FatshiNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
faites entrer votre nom svp