Le conseil des Ministres hebdomadaire du 27 septembre 2019 a adopté le projet de loi des finances pour l’exercice 2020 en recettes et en dépenses à 11.853,4 milliards de franc congolais, soit 7,0 milliards USD. Le taux de croissance est arrêté à 5,4%. Ce projet de loi des finances va être déposé dans quelques jours au bureau de l’assemblée nationale pour examen par les députés nationaux avant de l’envoyer en seconde lecture au Sénat.

Cependant, compte tenu des priorités du chef de l’Etat, ce budget paraît faible aux yeux des congolais. Les dépenses de l’éducation par exemple doivent atteindre le seuil de 20% soit 1,7 milliards USD ; la sécurisation de l’est du pays, qui nécessite d’énormes moyen dont le budget 2019 des opérations militaires est de 328 millions USD sur 330 millions USD prévus pour la dépense nationale ; environs 1,412 milliards USD seront dépensés pour assurer le fonctionnement des institutions et des ministères, la rémunération du personnel politiques ; 2 milliards pour la rémunération des agents de l’Etat, etc. dès lors qu’on sait que cette projection est une intention, mais la réalisation est une autre. Et que la capacité de mobilisation des recettes de l’Etat est de 4,9 milliards USD en 2019 contre une prévision de 5,9 milliards USD.

Face à cette situation, le Parlement, en tant qu’autorité budgétaire reste la seule institution, qui aura la charge d’améliorer ce projet de Loi des finances 2020. Au niveau de la Commission Économique et finance (ECOFIN), les évaluations des recettes feront l’objet d’un vote d’ensemble pour le titre sous lequel elles sont regroupées dans le budget général et d’un vote par budget annexe et par compte spécial. L’examen du projet de Loi des finances portera aussi sur le comportent des actes générateurs des recettes des trois dernières années ; des priorités du gouvernement telles que déroulées dans le cadre budgétaire à moyen terme.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
faites entrer votre nom svp