Depuis l’accession de Félix Tshisekedi au pouvoir, au total 65 cas d’atteintes à la liberté de la presse ont été enregistrés. Et ce, contre 20 cas documentés durant la période allant de novembre 2018 à janvier 2019, constate Journaliste En Danger (JED).

Dans son rapport intitulé : « En finir avec les années de prédation » présenté  ce vendredi 1er novembre 2019 lors d’une conférence de presse, cette organisation de défense des droits des journalistes dit avoir recensé 85 cas d’atteintes à la liberté de la presse sur toute l’étendue du pays, dont 41 cas de censures, 28 cas d’agressions contre les journalistes ainsi que 16 cas d’arrestations des journalistes de novembre 2018 au mois d’octobre 2019.

Au regard de ces statistiques, JED dit constater une réduction des atteintes à la liberté de la presse en RDC par rapport à l’année 2018, durant laquelle une centaine de cas était recensée.

Par ailleurs, JED souligne que les principaux responsables de ces forfaits sont les services de sécurité, les autorités politico-administratives, les militants des partis politiques ainsi que les groupes armés.

Pour mettre fin aux atteintes à la liberté de la presse, JED préconise la reforme de la la loi sur l’exercice du métier de journaliste en RDC, la mise en place des points focaux chargés de lutter contre les atteintes à la liberté de la presse ainsi que l’arrêt des détentions des journalistes par la création d’un organe de régulation indépendant chargé de sanctionner les journalistes fautifs.

Source : 7sur7cd

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire
faites entrer votre nom svp